=> Tous les articles publiés <=

[TdF21#16] Faut-il avoir le meilleur matériel, le meilleur entraîneur ou le meilleur docteur ?

13-07-2021, 19:16 - Antoine Vayer

Certains vélos roulent tout seul ? À grand renfort de communication et de publicités, les marques de cycles et les accessoiristes qui paient (très) cher leur tribut aux équipes s'en donnent à coeur joie pour donner l'illusion commerciale que le vélo et les matériaux joueraient un rôle prédominant dans la performance. Certains journalistes relaient ces infos « matos ». Beaucoup de profanes sont amoureux du beau matériel et lui vouent des vertus parfois ridicules. Ils sont prêts à investir jusqu'à 10 000 euros dans un vélo mais s'aperçoivent qu'ils ne gagnent pratiquement rien dans la vitesse moyenne de leurs sorties du dimanche matin. Mais ils se sont laissés convaincre. Ici cette roue « tournerait plus vite » (sic) et la jante avec ses rayons permettrait de gagner au moins 20 watts, là ce cadre dans sa conception et sa rigidité plus de 30 watts, même les pédales et leurs appuis jusqu'à 10 watts. Ne parlons pas du rendement de ce boyau qui permettrait de tourner les jambes plus facilement et de gagner « au moins » 15 watts, ni des roulements en céramiques jusqu'à 30 watts. Certains imaginent sûrement dans leur tête qu'il suffirait de lancer l'inertie de la roue, puis elle tournerait indéfiniment, même collée au frottement du sol avec un homme sur le vélo... Les croyances, entretenues pour des raisons évidentes de marketing, font penser que les vélos avancent tout seul. C'est vrai que si on additionne tous les gains en watts vendus, on pourrait parvenir à plus de 150 watts... Il n'en est rien. Les gains restent vraiment marginaux entre les équipes et ne font pas la différence, encore moins la performance, sinon une toute petite partie.


Il y a déjà bien longtemps, dans un de mes livres « la pleine puissance en cyclisme », je me suis amusé à faire un tableau sur les facteurs de performance de l'incroyable record de l'heure de Chris Boardman. Dans la colonne « Base » sont inscrits les paramètres principaux qui ont permis de réaliser la distance sur ce record de 56.373 km. Puis je me suis amusé à faire varier légèrement chacun des paramètres qui permettent cette performance et de voir l'incidence théorique engendrée sur une nouvelle performance améliorée. Exemple : 1 kg de poids de corps gagné avec les autres paramètres inchangés fait gagner 155m, le même record fait à 1000m d'altitude au lieu du niveau de la mer fait gagner 950m. Ce tableau aide à déterminer où les efforts doivent être portés en priorité pour gagner significativement en performance : sur la puissance musculaire du sportif, et la pénétration dans l'air de sa position. Il n'y a pas photo. Un gain d'un kilogramme sur le poids du vélo ne fait gagner que 21 mètres... En lettres rouges apparaît le paramètre modifié par rapport à la base.


Cliquez sur l'image pour agrandir


Les gains apportés sur le matériel et sur le vélo, même sur son poids, sont marginaux par rapport à ceux qu'on peut obtenir en agissant sur....................

Lire l'article complet

[TdF21#15] De l'hémoglobine de synthèse dans le peloton du tour du renouveau 2021 ?

12-07-2021, 19:42 - Antoine Vayer et Marc Kluszczynski

En 1998, au Tour de France, 99% du peloton utilise l'EPO, entre autres produits, du nom de ce dopant si efficace pour fournir de l'oxygène aux muscles, carburant privilégié de ceux-ci. Cette EPO est alors complètement indétectable aux contrôles, comme le sont en 2021 les nouvelles hémoglobines ; les perfluocarbones sont enfin au point. Ce serait le nouveau produit magique qui expliquerait bien des performances. L'EPO a commencé à circuler dès 1991, au début sous le manteau, pour un usage ensuite généralisé quand le cyclisme était un hôpital ambulant. Disons que pour les nouvelles hémoglobines, nous sommes comme en 1991, trente ans en arrière avec un nouveau « truc » miraculeux pour la performance. Ce truc « passe » aussi au travers de tous les contrôles, qu'ils soient urinaires, sanguins ou ceux du fumeux « passeport biologique ». Il est totalement indétectable aux contrôles antidopage officiels.

En 1999, beaucoup de coureurs ne viennent pas sur « la grande boucle », apeurés par la police intervenue l'année précédente. Ils essaient de ne plus se doper, ou moins, ou bien avec du dopage classique, comme les corticoïdes. C'est dur quand le sang est moins oxygéné. Ils sont rincés assez vite, surpris d'être si fatigués et de ne pas récupérer, de payer chaque effort. Armstrong est là, opportuniste. Il a compris. Il se dope comme jamais, lui. Il subira plus de 500 contrôles tout au long de sa carrière. Il gagne le Tour sept fois d'affilée. Aucun contrôle ne sera positif. C'est l'argument......

Lire l'article complet

[TdF21#14] « L'enfer, c'est les autres... robots » pour Guillaume Martin

11-07-2021, 08:16 - Antoine Vayer

Je ressens pour Guillaume Martin un grand respect et de la tendresse. Il a largement battu mon temps de référence au sommet de « mon » Mont des Avaloirs, point culminant de l'Ouest de la France, perché à 417m, à Pré-en-Pail, en Mayenne. C'est là que j'ai passé toute mon enfance et adolescence en usant mes cuissards. Guillaume Martin s'est imposé ce jour-là au circuit de la Sarthe, entre autres victoires, sous les bravos du speaker Mangeas. Daniel, « la voix du Tour » m'avait très tôt parlé, en bien, de ce jeune voisin ornais, comme étant un grimpeur « phénomène ». C'est Pierre-Henri Lecuisinier, qui avait été aidé par Guillaume pour s'imposer au championnat du monde junior, après son titre européen, qui m'en a ensuite reparlé. En bien aussi. Passé par Sojasun espoirs avec Stéphane Heulot, vainqueur de Liège-Bastogne-Liège U23, il avait signé chez « Wanty », une équipe belge professionnelle de deuxième division. Guillaume avait fait ses études au lycée Notre-Dame de Flers où j'avais créé le 1er Centre Permanent d'Entraînement et de Formation de Haut-Niveau (CPEFHN) avec 60 cyclistes, le premier sport-études de ce type. Bruno Lepape, mon remplaçant en place et son premier entraîneur, m'en a aussi dit du bien. Encore un. C'était louche.

Genèse

J'ai donc contacté Guillaume, en tant que journaliste. De manière affable, il avait accepté une longue interview fin mai 2017 afin de faire un cinq pages dans le magazine LE CYCLE pour lequel je travaille depuis 22 ans sur : « les 20 points à bien maîtriser pour devenir un grimpeur ». Nous avions fait un peu de hors-sujet. Le bas-normand n'’'était pas encore (re)connu.


Cliquez sur l'image pour agrandir


Il m'a parlé de sa passion et de ses études en philosophie. J'étais...............

Lire l'article complet

[TdF21#13] Faux et usage de faux

11-07-2021, 00:47 - Antoine Vayer

Nous arrivons en Andorre, paradis fiscal.

Je vais vérifier si je retrouve la Banca Mora, où tous les membres de l'équipe Festina, qui avait son siège dans la principauté, avaient un compte sur lequel était versé une bonne partie de leur salaire, en « contrat d'image ». Un « oeuf », c'était 10 000 francs. Tour à tour, ceux qui se rendaient en Andorre allaient chercher les commandes en « oeufs » de chacun. Il fallait alors glisser les liasses de billets dans le pantalon pour passer la « frontière ». C'était la consigne. Festina faisait des jaloux. L'équipe n'avait aucune charge patronale. Beaucoup de ses membres ne cotisaient à aucune caisse de retraite, ni de maladie. Certains le regrettent maintenant. Depuis, le cyclisme a évolué. Il est aussi entré dans l'ère de la mondialisation pour tout le monde. Festina a été pionnière à plein de niveaux. Le montage financier de pléthore de structures est délocalisé, pour tricher. Optimiser diront certains. Julian Alaphilippe est en tête d'un peloton de plus de 70 autres coureurs cyclistes professionnels qui habitent en Andorre. Certains font semblant, en confiant une carte bleue à des amis résidents qui opèrent quelques achats ciblés de courses alimentaires pour attester de leur pseudo présence. Le taux d'imposition est d'environ 10%, là où il pourrait être à presque 50% dans leurs pays d'origine. Cavendish, lui, est originaire de l'île de Man, paradis fiscal pour jets privés. On suppose qu'il n'a pas déménagé, même si souvent, il ne sait plus où il habite, tout comme son collègue anglais Wiggins qui commente ses sprints.



..........

Lire l'article complet

[TdF21#12] Bon sang ne saurait mentir

07-07-2021, 21:23 - Antoine Vayer

Un de nos premiers articles était « Les jeux de l'été, apprenez à prédire les performances ». Le caractère prévisible du Tour de France est presque risible tant le scénario est grotesque, attendu. En plus des vainqueurs que nous vous donnons pratiquement chaque jour, nous vous décrivons également ces scénarios de la course avant son déroulé. Ainsi ce matin, à 10h, je tweetais : « Je serais POGASTRONG, je me ferais lâcher un peu au sommet du Mont Ventoux, en grimaçant, puis je reviendrais dans la descente », qui faisait suite au dessin publié il y a quelques jours.





Tout s'est passé comme prévu. Les acteurs sont bons. Cavendish ......

Lire l'article complet

[TdF21#11] Stages en Altitude, pour s'améliorer ou pour se doper ?

06-07-2021, 23:04 - Antoine Vayer

Bernard Hinault m'a accusé de doper Christophe Bassons et « mes coureurs » en 1999. À cette époque j'avais créé ma société « ACM20 » (du nom d'un produit d'acides aminés) qui signifiait AlternatiV-Coaching-Management- vers 2000. Après 1998, malgré une énorme proposition financière pour rester chez Festina, j'ai quitté la structure et rompu mon contrat. J'ai entraîné de manière indépendante et alternative (règle : ne plus se doper ou ne pas se doper) une quinzaine de cyclistes professionnels. Certains m'ont cocufié et ont continué de se doper quand même. D'autres ont joué le jeu.



En pionnier, j'ai envoyé pour un stage en hypoxie dans un établissement spécialisé Christophe Bassons qui ne s'est jamais dopé, le défunt Andreï Kivilev, 4ème du tour de France 2001, qui s'est toujours dopé, mort sur Paris-Nice pendant l'étape qui le menait presque chez lui à Saint-Étienne (sa chute mortelle a fait que le casque est devenu ensuite obligatoire) et Laurent......

Lire l'article complet

[TdF21#10] Mes étranges contacts avec les (fake ?) hackers russes Fancy Bears

05-07-2021, 18:36 - Antoine Vayer

Fin du Tour de France 2020. Copie intégrale.

On me dit que j'ai été « lanceur d'alerte » avant l'heure, avant que cette expression ne devienne à la mode 10 ans plus tard, début des années 2010.

Dès 1999, notamment dans le journal Le Monde (pour lequel j'ai longtemps été chroniqueur), grâce à mon nouveau style « data-journalisme » et les watts, j'ai dénoncé les agissements de gens comme Lance Armstrong, Floyd Landis, Alberto Contador par exemple. Depuis, j'ai contribué à pas mal d'investigations journalistiques, enquêtes. J'ai aidé un bon nombre d'athlètes notamment ou même de policiers. Je suis aussi allé vers certaines instances ou institutions avec qui j'ai discuté.

J'ai participé au mouvement « Change Cycling Now », j'ai aussi créé avec certains de mes amis de #TeamWattthefuck le mouvement SportsLeaks avec le journaliste bien connu Hajo Seppelt, la terreur des russes et du CIO. Nous avons créé la première plateforme sécurisée où des athlètes pouvaient se confier pour que nous intervenions afin de mettre à jour certaines pratiques, via la presse.

Toutes les fédérations mondiales nous ont copiés. Beaucoup d'alerte « fake » sont envoyées. Sportsleaks en a reçu des centaines, triées, certaines ont été excellentes, vérifiées et sont allées « au bout des procédures »... C'est par ce biais que j'ai fait la connaissance de Floyd Landis justement avec qui je me suis lié d'amitié. J'ai été sensibilisé voire initié au monde de l'espionnage, assez simple ma foi...

Je reçois un grand nombre de messages du milieu du cyclisme, mais pas que, par mail, par sms, par Whatsapp, par Signal (l'appli sécurisée "recommandée par Edward Sonwdden"), par des MP sur Twitter, etc. Il ne faut pas hésiter à me contacter. Je sais trier le bon grain de l'ivraie...



Parfois, je vois directement les gens avant quoi que ce soit. C'est toujours instructif et sympathique, même avec Johan Bruyneel que j'estime ! J'ai aussi reçu par exemple tous les fichiers des capteurs de puissance de Froome et de Wiggins ..............

Lire l'article complet

[TdF21#09] Résistez !

04-07-2021, 22:08 - Antoine Vayer, Frédéric Portoleau et Pierre Carrey

Le rapport à l'autorité des organisateurs du Tour de France a évolué. De manière verticale, les ordres sont donnés. En tous points, cela ressemble à un établissement scolaire où la discipline est stricte, psychorigide, même si elle n'a aucun sens. Les journalistes sont infantilisés, parqués derrière des barrières "ganivelles" s'ils sortent de la salle de presse où ils sont masqués. Ils sont surveillés par des membres de l'organisation avec des brassards de plusieurs couleurs, jaune, rouge, comme celles de nos radars, mais distinguant leur rang de pion. Ils n'ont pas encore de sifflet, ni les journalistes de carnet de correspondance, mais c'est tout comme.



Plusieurs entreprises de vigiles assurent la sécurité aux côtés des gendarmes et policiers. Tout le monde doit « badger » son accréditation, partout. L'accueil des sponsors prime avec celui des élus qui paient. ........

Lire l'article complet

[TdF21#08] Wout Van Aert peut-il rivaliser avec Tadej Pogacar ?

03-07-2021, 12:16 - Frédéric Portoleau

À la suite de la défaillance de son leader Primoz Roglic sur la route du Creusot, Wout Van Aert, à l'offensive sur cette même étape, devrait obtenir le statut de leader protégé de l'équipe Jumbo-Visma pour la suite du Tour de France.

Le Belge, d'abord un spécialiste du cyclo-cross, brille sur la route depuis deux saisons, essentiellement dans les classiques, les sprints et les contre-la-montre.

Lors du Tour de France 2020, il fût aussi dans les Alpes un coéquipier très efficace pour son leader Roglic malgré ses 77 kg annoncés. Sur le col des Glières à l'approche de la Roche sur Foron, il développa l'équivalent de 436 watts étalon pendant 21min50sec ( voir l'article dédié de l'année passée). En concédant seulement 35 sec aux leaders du Tour de France comme Roglic et Pogacar, il prouva pour...............

Lire l'article complet

[TdF21#07] « Le public s'en fout » et « on ne veut pas le savoir ». Avec la participation d'Olivier Haralambon

29-06-2021, 23:14 - Antoine Vayer et Olivier Haralambon

L'honneur retrouvé du cycliste Jérôme Chiotti, dopé repenti en activité.

Cet épisode restera dans l'anthologie du sport. Mercredi 24 mai 2000, le champion français de VTT Jérôme Chiotti, que j'entraînais, a remis au Suisse Thomas Frischknecht, son dauphin, le maillot arc-en-ciel et la médaille d'or des championnats du monde de VTT cross-country 1996. Il estimait avoir usurpé ce bien quatre années auparavant en se dopant, EPO, hormones, corticoïdes, testostérone, etc. Il a tout utilisé, comme c'est encore possible en 2021, en prenant certes un peu plus de précautions. Il exhibe son contrôle antidopage négatif de l'Union Cycliste International qui le félicitait, à qui veut le voir. De son plein gré, alors que personne ne lui demandait rien, Jérôme s'est confié au magazine Vélo Vert et a tout déballé, alors qu'il est champion de France. Cette restitution émouvante et non dépourvue de courage, nous l'avions organisée dans une modeste salle d'un hôtel de Rosny-sous-Bois, situé en face du siège de la Fédération française de cyclisme (FFC). Après lui, aucun autre coureur en activité champion du monde VTT, de Route ou de cyclo-cross, ni d'un autre sport d'ailleurs, n'a souhaité rendre ses trophées, même à posteriori après leur fin de carrière. Et pourtant, la plupart pourraient le faire à notre époque, croyez-moi ...

Avant que ne soit écrit « De mon plein gré » le livre de Jérôme, j'ai rencontré le président de la FFC, au siège, dans son bureau. Il pose un enregistreur sur la table. Il a peur je pense. Il se couvre. Il a été traumatisé en 1998, malgré la médaille de la remise en 1999 par Marie-Georges Buffet, alors ministre des sports. Il a été mis en examen dans l'affaire Festina.......

Lire l'article complet

Articles plus récents  -  Articles plus anciens